Anthrax, Peste, Tétanos: Des chercheurs recensent les bactéries dans le métro de New York

Une étude américaine s’est intéressée aux populations de bactéries et de microbes présents dans le métro de New York. Si la plupart sont inoffensifs pour la santé, d’autres plus surprenants et plus préoccupants ont été découverts, c’est le cas de la peste et de l’anthrax.

L’université américaine de Cornell vient de répertorier les microbes et bactéries qui se développent dans le métro new-yorkais afin d’en établir une cartographie. Première du genre, leur étude, nommée Pathomap, a été menée sur près de 1 000 kilomètres et 18 mois de prélèvements ont été nécessaires afin de déterminer la diversité microbienne du métro de New York.

Au total, les résultats de leurs recherches ont permis de constater la présence de 637 bactéries, virus ou encore champignons. Parmi elles, certaines interpellent et peuvent être source d’inquiétudes, c’est notamment le cas du tétanos, de la peste bubonique et de l’anthrax.

Des bactéries marines découvertes dans le métro de New York

Cependant, l’équipe de chercheurs de l’université apaise les craintes et estime que ces bactéries sont inoffensives. Il s’agit selon les chercheurs, d’un recensement logique pour ce type de lieu qui connait une forte fréquentation quotidienne. Christopher Mason, en charge de cette étude souligne que » ces microbes sont juste des habitants de toute ville et infrastructure urbaine ».

Il n’y a donc pas d’inquiétude particulière à avoir et aucune précaution spécifique à adopter, notamment en terme d’hygiène, puisque les bactéries potentiellement dangereuses ne sont pas présentes en quantité suffisante. Les chercheurs ont également relevé des bactéries dont la présence dans le métro est étonnante puisqu’une dizaine d’organismes adaptés à l’environnement marin ont été identifiés.

Cette anomalie serait liée au passage de l’ouragan Sandy en 2012. Outre les bactéries, l’étude Pathomap, met aussi en évidence la présence de nombreux micro-organismes liés à l’alimentation des usagers du métro.

Partager >>