Une étude scientifique met à mal tous les derniers régimes à la mode

Il est temps pour vous d’oublier tous les régimes à la mode : la science a déjà pris en compte et étudié ce genre de régime « tout fait ». Au contraire, les scientifiques préconisent une approche personnalisée, en mesure de transformer la façon qu’on les gens de perdre du poids.

Des scientifiques montre que les régimes à la mode n’ont pas d’efficacité

Le mois de janvier est un mois où beaucoup de personnes cherchent à perdre leurs kilos en trop, en commençant un régime. C’est aussi le mois où beaucoup échouent, et reprennent finalement leurs mauvaises habitudes alimentaires. Les scientifiques disent que ce genre de démarche n’est pas liée à un manque de volonté. Elle est due à la physiologie de la personne, ses gènes, ses hormones et son tempérament. Les scientifiques préconisent de suivre un régime adapté aux besoins individuels de chacun. Pour la premières fois, des experts de premier plan de l’obésité et des sciences de la BBC ont mis cette théorie à l’épreuve, à l’échelle nationale. Pendant trois mois , 75 personnes à la diète ont été soumis à une série de tests et suivis médicament chez eux. L’étude a été supervisée par des scientifiques d’Oxford et de Cambridge, épaulée par leurs équipes de recherche.

L’ étude a porté sur trois types de personnes ayant tendance à trop manger,  trouvant difficile d’arrêter de manger lors d’un repas, ressentant constamment la sensation de faim, et les mangeurs émotionnels, qui se tournent vers la nourriture quand ils sont stressés ou anxieux.

régime personnalisé étude 2

Image : auregime.fr

 

 Les hormones, un élément majeur dans la perte de poids

La recherche montre que les hormones jouent un grand rôle dans leurs habitudes alimentaires . Surtout , ils produisent de faibles taux de certaines hormones intestinales qui sont libérés lorsque la nourriture arrive dans les intestins. Ces signaux chimiques voyagent à travers le sang au cerveau et permettent de dire au corps qu’il a eu assez de nourriture et doit arrêter de manger . Certaines personnes ne reçoivent pas ces signaux.

Certains individus veulent toujours manger et leurs «cerveaux affamés  » veulent souvent les aliments gras et sucrés . Les scientifiques savent que certains gènes donnent faim aux gens. Elles perturbent le chemin des signaux qui sont envoyés au cerveau lui disant d’arrêter de manger , l’incitant à penser que les réserves de graisse ont continuellement besoin de réapprovisionnement .

 » Le rôle des gènes jouent un rôle majeur dans la perte de poids , grâce aux évolutions technologiques, nous commençons à comprendre ce que sont ces gènes  » affirme le généticien Dr Giles Yeo , de l’Université de Cambridge .

Les mangeurs émotionnels ont recours à la nourriture quand ils sont stressés ou anxieux . Lorsque le cerveau perçoit qu’une personne est en difficulté, il génère des changements dans l’organisme , comme l’ augmentation de la fréquence cardiaque . Ce type de mangeur a développé des habitudes qui sont difficiles à éliminer et, en  périodes de stress de leur cerveau cherche une récompense. Cette étude a montré que la solution réside dans le fait de proposer un régime adapté à chacun, en fonction de ses habitudes alimentaires, de son tempérament, de son métabolisme et de ses gènes.

régime personnalisé étude

Image : femmeactuelle.fr

 

Partager >>